Il était une fois les séries TV : Ces pilotes non diffusés… – Unification France

See on Scoop.itDu social, des médias et du divertissement

Unification France
Il était une fois les séries TV : Ces pilotes non diffusés…
Unification France
Il était une fois les séries TV : Ces pilotes non diffusés… par Henry Marc Grynberg. 14 septembre 2013.

Malik Baldé‘s insight:

Un tour d’horizon sur les pilotes de célèbres séries non vus à la TV. Attention, ça change.

 

See on www.unificationfrance.com

Kevin Spacey aux studios et aux TV : « lâchez prise ! »

See on Scoop.itDu social, des médias et du divertissement

Hollywood et les chaînes de télévision ont tout intérêt à arrêter de se crisper face à Internet et aux nouvelles technologies s’ils veulent ne pas connaître le sort de l’industrie musicale et ne pas rater les jeunes générations qui …
 

Malik Baldé‘s insight:

Les studios américains vont-ils se faire distancer par les nouveaux modèles de création et de diffusion du net? Fort possible selon Kevin Spacey.

See on meta-media.fr

BBC : une stratégie web hors pair pour l’annonce du 12ème Doctor Who

Dimanche dernier, la BBC a dévoilé que le 12ème doctor who serait interprété par Peter Capaldi. Afin de faire de cette annonce un véritable événement, la chaine anglaise a utilisé une stratégie web hors pair.

Pour tous les fans de la cultissime série Doctor Who, le fait marquant de ce week-end était incontestablement la révélation de l’acteur qui succédera à Matt Smith dans le rôle-titre. L’annonce de l’arrivée de Peter Capaldi aux commandes du Tardis a été faite au cours d’une émission spéciale « Doctor Who Live », diffusée sur la BBC le 4 Aout dernier. Un événement au buzz incommensurable, soutenu par une stratégie multi-canal hors pair. En effet, tout a commencé il y’a moins d’un mois, lorsque la chaine anglaise a décidé de dévoiler l’identité du 12ème docteur par le biais d’un show en live, diffusée en simultané sur BBC America, afin de toucher l’audience internationale de la série. Michelle Obsorn, à la tête de la communication de la BBC, a expliqué qu’il y’a eu « beaucoup de mesures prises pour que les gens ne sachent pas ce qui allait se produire ». Ainsi, pour faire venir le public sans qu’il sache ce à quoi il va assister, les producteurs de l’émission ont lancé sur les sites proposant d’assister aux émissions télé une annonce concernant un show sur les 50 ans de la série.

Le 12ème Doctor Who,Peter Capaldi

Le 12ème Doctor Who,Peter Capaldi, a été dévoilé lors d’une émission live sur la BBC

Au niveau des médias, un communiqué de presse mentionnant un « événement lié à Doctor Who » a été envoyé par la chaine. C’est donc le Vendredi 2 Aout, seulement 2 jours avant l’émission, que le monde a appris son existence. Dès lors, l’équipe de la BBC chargée du social media s’est acharnée à créer le buzz autour du programme, en envoyant des messages au compte goutte, parfois cryptiques, parfois informatifs (le nom des invités de l’émission par exemple). Si beaucoup ont critiqué la chaine pour le coté « on vous annonce qu’on fera une annonce » de la démarche, nul ne peux nier à quel point l’excitation autour de cette simple annonce de casting était fun. Et cette excitation est monté à son paroxysme à environ Dimanche à 18h25 (20h25 heure française), autant pour ceux installés devant leur télé que ceux sur le net. Car une photo du nouveau doctor est apparue sur le web et les réseaux sociaux au moment clé…causant le crash du site de la BBC. Au final, plus de 800 millions de tweets ont été envoyés autour des hashtags #doctorwho et #PeterCapaldi et 89,4% des conversations sur Twitter durant la diffusion concernaient l’émission. Bien évidemment, de nombreux journaux et magazines ont consacré leur Une du lendemain à Capaldi, prouvant le succès de la stratégie multi-canal.

Under The Dome, 24 : les mini-séries événements, une arnaque ?

Depuis l’année dernière, un phénomène étrange se propage à la télévision américaine : celui des mini-séries événements. Mais derrière les Under The Dome et 24 se cache peut-être une grosse arnaque.

Si vous suivez de près l’actualité des séries télé, il existe une tendance actuelle qui n’a pas pu vous échapper : celle des mini-séries événements (ou limited series events). Les networks américains, sans doute influencés par le succès des séries au format « 13 épisodes » du câble, se lancent depuis l’année dernière à corps perdus dans ces projets tv censés avoir un début, un milieu et une fin. Je dis bien censé parce que ces mini-séries commencent déjà à dériver de leur ambition d’origine. Prenons l’exemple d’Under the dome : cette adaptation du célèbre roman de Stephen King, diffusée sur la chaine CBS depuis le 24 Juin est un véritable succès d’audience (13,8 millions de spectateurs en moyenne). Et qui dit succès, dit suite. C’est donc sans grande surprise qu’Under the dome a été renouvelée pour une saison 2. Le problème, c’est que les 13 épisodes diffusés actuellement couvrent l’intégralité du roman de King et de ce fait, la prochaine saison sera en grande partie une création originale. On sort donc totalement du concept de mini-série limitée et on entre dans celui d’une série à l’intrigue à l’intrigue feuilletonnante comme une autre.

Under The Dome, une mini-série pas si limitée

Under The Dome, une mini-série pas si limitée

Un autre exemple de « dérive » possible est l’utilisation d’une mini-série pour ramener à la vie une série achevée. C’est ce qu’il s’est passé avec la cultissime 24. En Mai dernier, le site Deadline a annoncé le retour de 24 sous forme de série limitée. Kiefer Sutherland, l’interprète de l’inoxydable Jack Bauer, a rempilé pour une nouvelle salve de 12 épisodes, qui portera le nom de « 24 : Live another day » et toujours diffusée sur la Fox. On peut d’ores et déjà imaginer un scénario similaire à celui d’Under The Dome si la mini-série fonctionne : un renouvellement, puis un autre….et on pourrait se retrouver avec des saisons 10 et 11. Même un amateur de la série comme moi reste perplexe devant cette possibilité. L’aspect événementiel de ces projets en prend donc un sacré coup. Et l’appât du gain gâche l’attrait principal de ce format (créer des histoires anthologiques avec une fin programmée). Les networks américains surfent ainsi sur la vague et proposent des projets à la pelle et à l’intérêt plus ou moins variable : NBC prépare une mini sur Hillary Clinton, ABC se lance dans des adaptations de Rosemary’s Baby et des Tommyknockers (encore un roman de Stephen King)….Pendant combien de temps les studios pourront-ils exploiter le filon avant que les spectateurs réalisent qu’on les prend un peu pour des idiots ?

24 et Jack Bauer sont de retour

24 et Jack Bauer sont de retour. Pour le meilleur ou pour le pire?